le 18 juillet 2017

Se sentir bien au travail est le résultat d’une alchimie complexe de ressentis : se sentir serein, se sentir utile, se sentir considéré, se sentir bien intégré à un collectif, se sentir en sécurité… Faire que chaque salarié se sente bien est, comme chacun sait, un levier de performance précieux pour l’entreprise. Pour parvenir à cet objectif, la QVT doit être appréhendée comme un tout. Elle doit aussi, parfois, passer la frontière des murs de l’entreprise. Voici 3 idées montrant que la QVT se construit également en dehors des bureaux.

1 ) Le sport comme outil de prévention des RPS

Encouragée dans de nombreuses entreprises, la pratique d’un sport permet de s’octroyer une pause, de « faire le vide » pour se libérer les tensions accumulées, en un mot, de s’aérer le corps et l’esprit.

Si les bénéfices pour la santé d’une pratique régulière et raisonnable d’un sport sont aujourd’hui connus et validés par de nombreuses publications scientifiques, plusieurs études démontrent également que la pratique du sport favorise la lutte contre le stress, la dépression et le burn-out. En effet, en période de stress, le corps sécrète une hormone appelée cortisol, certes essentielle en cas de danger mais dont l’excès peut avoir un effet néfaste sur l’organisme (prise de poids, diabète…). Une activité physique permet l’évacuation rapide du cortisol et la libération conjointe d’endorphines connues sous le nom d’hormones du bien-être. Également libérée, la dopamine va procurer du plaisir.

Donner aux salariés des moyens et possibilités de pratiquer un sport, par exemple entre midi et 14 h ou en fin de journée, ne peut qu’accroitre la QVT. Les groupes et grandes entreprises peuvent facilement, à cette fin, mettre en place des partenariats avec une salle de sport proche ou une collectivité locale. Concluons sur ce sujet avec un chiffre : selon une étude menée par Décathlon en 2017, 78% des salariés feraient du sport en entreprise si les conditions le leur permettaient.

2 ) Le team-building pour partager plus qu’un métier

L’esprit d’équipe et la QVT n’ont, selon vous, qu’un lointain rapport ? Détrompez-vous ! Comme chacun le sait, quand des personnes sont amenées à travailler ensemble sans l’avoir réellement choisi, les désaccords récurrents – même d’apparence anodine – peuvent être source de tension et de mal-être. La cohésion et l’esprit d’équipe permettent de faire en sorte que chacun se sente bien dans le groupe. Le problème est que l’esprit d’équipe ne se décrète pas ; il se construit au fil du temps.

Pour accélérer cette construction, il est parfois utile de prendre du recul pour faire le point dans un contexte créant une rupture avec le cadre de travail quotidien. C’est tout l’intérêt du « team-building », dont l’objectif est de créer des liens dans une nouvelle équipe, ou de les renforcer au sein d’une équipe existante.

Concrètement, il s’agit de rassembler les salariés concernés pour partager des activités ludiques dans une ambiance décontractée et un environnement propice à la réflexion. Ces rencontres ne sont en rien des challenges visant à aiguiser l’esprit de compétition personnel : si compétition il y a, celle-ci visera uniquement à « créer du collectif », par exemple dans la résolution d’un problème.

Les activités, qu’elles soient culturelles, artistiques ou sportives, seront autant que possible créatives et détendantes : rallyes photo, sketches, excursions-découvertes… L’essentiel est que les salariés prennent du plaisir et que l’activité retenue favorise une réflexion collective.

Bien conçue, une séance de team-building renforce la solidarité, la compréhension et la confiance entre les membres de l’équipe, autant d’éléments forts de la QVT. Elle permet aussi une plus forte adhésion aux valeurs de l’entreprise et une meilleure communication : entre les salariés eux mêmes, mais aussi avec leurs managers, qu’ils ont l’occasion de découvrir sous un jour différent.

3 ) Le télétravail pour une meilleure conciliation vie professionnelle/vie personnelle

Largement plébiscité par les salariés français, le télétravail est aujourd’hui entré dans les mœurs de leurs employeurs. D’après une étude publiée en 2017 et conduite par Wrike, éditeur d’une solution de gestion des tâches, les entreprises de l’hexagone sont plus de 70% à autoriser, à des degrés divers, leurs collaborateurs à travailler depuis leur domicile, soit plus que dans les entreprises allemandes (66,70%) ou britanniques (53,30%).

Certes, le télétravail peut présenter des risques : sentiment d’isolement, affaiblissement des liens avec l’équipe, perte de la convivialité… C’est la raison pour laquelle il doit être bien encadré, ce qui est d’ailleurs le cas sur le plan légal. Une fois ce point garanti, force est de constater que le télétravail constitue un formidable levier de QVT pour au moins deux raisons :

> Il permet aux salariés de régler certaines questions personnelles plus facilement, en éliminant régulièrement (par exemple une fois par semaine) le temps de transport sur une journée.

> Il valorise le salarié. En effet, le télétravail implique un véritable changement de paradigme dans les modes de management : le manager n’est plus dans une relation de subordination et de contrôle avec ses collaborateurs, mais de confiance.

D’après l’étude précitée, les salariés apprécient le télétravail parce qu’il leur permet de maintenir un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée (50,2%), de réduire le stress lié aux transports (45,4%) et de gagner du temps pour accomplir les tâches (36,7%). Autant d’éléments qui ont une incidence forte sur la QVT vécue et perçue.

 

Comme nous l’avons souvent affirmé sur ce blog, la qualité de vie au travail implique de porter un nouveau regard sur l’entreprise et le rôle qu’elle est appelée à tenir dans notre société. Il ne s’agit plus de considérer la seule vie professionnelle du salarié sous le prisme des tâches qu’il lui faut accomplir, mais de penser à ce dont il a besoin, en tant que personne, pour se sentir bien au travail. Qu’elle s’applique dans les murs de l’entreprise ou à l’extérieur, toute mesure favorisant ce sentiment chez lui augmentera significativement son engagement, sa performance et sa loyauté vis-à-vis de son employeur.

FacebookTwitterGoogle+