le 14 avril 2015

Le Docteur Alain Raynaud est le spécialiste en médecine physique et réadaptation du groupe AXA. Il nous explique sa vision du bien-être au travail et montre comment AXA agit sur le stress et la santé de ses salariés.

Santé et bien-être, deux notions bien distinctes

Concilier vie professionnelle et vie privée… Ce Saint Graal n’est pas toujours la priorité des entreprises. Et pourtant, la société d’assurance AXA a hissé cet équilibre ambitieux en tête de ses objectifs. « Même si le mettre en pratique est difficile, le seul fait d’afficher cette volonté est déjà très positif », estime le Docteur Alain Raynaud.

Il salue le « côté humain » d’AXA, qui s’efforce de favoriser le bien-être de ses employés. Le médecin s’intéresse lui aussi à cette notion, qu’il considère tout à fait distincte de celle de santé. « On peut être en mauvaise santé en étant malgré tout heureux au travail », souligne-t-il. Il prend l’exemple d’employés cancéreux, qui malgré leur fatigue et leur maladie, souhaitaient continuer à exercer leur métier.

« Le bien-être au travail, c’est ce qui nous pousse à venir au bureau. Quand on se sent bien quelque part, on a envie d’y aller », explique le Docteur Alain Raynaud. C’est celui qui dit qui l’est. Dès 7h30 du matin, le médecin est derrière son bureau. « On ne me demande pas de venir si tôt mais mon travail m’intéresse. J’aime y aller », sourit-il.

Chez AXA, les employés évaluent eux-mêmes leur « score bien-être »

C’est à travers leur « degré d’évaluation de leur ressenti au travail et dans leur vie privée » que le Docteur Alain Raynaud mesure le bien-être des salariés d’AXA. Il utilise depuis trois ans des enquêtes anonymes fondées sur la méthode EVA : l’Evaluation Visuelle Analogique.

L’EVA se présente sous la forme d’une réglette dont l’une des extrémités correspond à « Absence de stress », et l’autre à « Mal-être maximal envisageable ». Le salarié reçoit une feuille avec des questions sur son quotidien. On lui demande par exemple s’il se sent bien chez lui et au travail, s’il dort le dimanche soir, s’il est fatigué…

Pour chaque question, il évalue son état de ressenti en déplaçant un curseur sur la réglette. Plus le patient trace son curseur à droite de la réglette, moins il va bien.

La feuille avec les résultats est ensuite scannée par une machine qui établit un « score lié au mal-être » allant de 0 à 10. La position du curseur dessinée par le patient permet de chiffrer son ressenti.

De 0 à 3, les employés se sentent bien. De 3 à 5, les tensions augmentent. Si le score est supérieur à 5, le mal-être est réel, et si elle dépasse les 7,5 le médecin considère le salarié comme proche du burn-out.

« Lorsqu’à la question du sommeil, un salarié place son curseur à l’extrémité droite, c’est qu’il ne dort plus du tout », commente le Docteur Alain Raynaud.

Cette année, l’enquête a été faite de manière électronique. Les salariés ont reçu les questions sur leur smartphone et n’avaient plus qu’à déplacer le curseur sur la réglette. Les résultats étaient ensuite automatiquement envoyés au médecin.

Si cette méthode paraît simple, le Docteur Alain Raynaud l’affirme, « elle recouvre très bien les résultats d’analyses plus poussées. » Et la participation est forte. Testée sur les quelques 600 employés du siège social du groupe à Paris il y a environ huit mois, la méthode a recueilli plus de 400 réponses sur trois jours.

Le rapport global de l’état de bien-être des employés est envoyé à la Direction des Ressources Humaines. Pour le Docteur Alain Raynaud, ces enquêtes sont utiles à trois points de vue, « elles sont simples, reproductibles et peu coûteuses ».

Un hydrojet pour combattre le stress

Le médecin ne se contente pas d’analyser. Il a également mis en place des outils concrets pour améliorer la qualité de vie des salariés.

Il aide les employés à prévenir les troubles musculo-squelettiques grâce à des tutoriels vidéos dans lesquels il explique comment mieux se tenir au bureau. Il montre ainsi les postures à adopter devant un écran et les exercices qui détendent les muscles. Ces tutoriels sont mis à disposition des salariés d’AXA.

Le médecin accompagne également les salariés dans leur gestion du stress, en apportant un soutien psychologique à ceux qui en ont besoin. Pour prévenir ces troubles, il a obtenu de la direction l’achat d’un hydrojet. Ce matelas d’eau chauffée offre un massage mécanique allant de la voûte plantaire à la nuque. Pendant 15 minutes, les salariés se font masser dans un calme absolu. En un an, l’hydrojet a enregistré plus de 1000 séances.

« Un truc tout bête » commente le Docteur Alain Raynaud, mais très efficace. Il le recommande chaleureusement. Et cette démarche fait des émules : le groupe pharmaceutique Sanofi vient lui aussi d’acquérir un hydrojet pour détendre ses employés.

Et vous, comment améliorez-vous la santé de vos collaborateurs ? De quels maux souffrent-ils et comment les traitez-vous ? Parlez-nous de vos initiatives et vos idées ! Notre mail : the-office@wittyfit.com

FacebookTwitterGoogle+