le 16 septembre 2015

Claude Bodeau, Associé au sein du cabinet de conseil Kurt Salmon, nous explique quels leviers activer pour améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT).

L’émergence de la question de QVT dans l’entreprise

C’est en 2009 que le cabinet Kurt Salmon s’exprime pour la première fois sur la Qualité de Vie au Travail (QVT), après avoir progressivement pris conscience de son importance. « Suite aux crises sociales chez Renault puis chez France Télécom dans les années 2008, nous avons formé nos consultants aux Risques Psycho-Sociaux (RPS), pour qu’ils soient en mesure d’aider nos clients face à cette problématique ».

Il poursuit : « aujourd’hui, les salariés attendent des employeurs qu’ils soient à l’écoute de leur bien-être et de leur santé ». Kurt Salmon encourage ainsi ses clients à offrir de nouveaux services à leurs équipes. Consultations de kinésithérapeutes, programmes sportifs et activités diverses s’invitent dans les calendriers d’un nombre grandissant de collaborateurs. « C’est une très bonne chose de pouvoir se dépenser au bureau », se félicite Claude Bodeau.

Le cabinet de conseil s’est également penché sur des cas plus spécifiques : « chez beaucoup de nos clients, les collaborateurs perdent du temps dans les transports. Parmi eux, les parents isolés ou les femmes enceintes présentent de forts « risques RH ». Pour faciliter leur quotidien, nous avons aidé nos clients à mettre en place des accords de télétravail » explique Claude Bodeau.

« Investir dans le bien-être des employés garantit leur efficacité »

L’associé en est conscient, si dans les pays nordiques et anglo-saxons, les entreprises abordent la QVT de façon positive en valorisant l’efficacité de salariés bien dans leur job, en France, mieux vaut parler de ce qu’elle permet d’économiser.

Ainsi, pour convaincre ses clients de s’attaquer à cette question, Claude Bodeau se sert d’un argument choc : la réduction des coûts, notamment grâce à une baisse de l’absentéisme. « Si les collaborateurs sont plus heureux au travail, l’absentéisme diminue ». Et d’achever son plaidoyer par une étude Kurt Salmon qui montre que « 1% d’absentéisme représente en moyenne un coût de l’ordre de 1% de la masse salariale de l’entreprise ».

Les entreprises doivent mesurer la qualité de vie de leurs employés

Pour mesurer la qualité de vie des employés et suivre son évolution, Claude Bodeau recommande la plateforme WITTYFIT à ses clients. « Contrairement à d’autres outils, WITTYFIT mesure la Qualité de Vie au Travail en temps réel, et en continu. » Chaque semaine, les managers peuvent évaluer le bien-être physique et psychologique, ainsi que les conditions de travail des équipes dont ils ont la responsabilité – et agir en conséquence. « Un autre avantage de WITTYFIT : l’outil propose des formations sur le stress, le sommeil ou la nutrition basées sur des études médicales ».

Vous souhaitez plus d’informations sur Wittyfit ? Rendez-vous ici : http://wittyfit.com/#/

FacebookTwitterGoogle+