le 16 septembre 2015

Un emploi, une maison, une voiture de collection ou le caleçon dédicacé d’Iggy Pop : on peut quasiment tout trouver sur leboncoin.fr. Si l’entreprise fait le bonheur de ses clients, comment satisfait-elle ses employés ? Nous avons posé la question à Alexandre Collinet, Directeur Général Adjoint du « Boncoin ». Il nous dévoile en exclusivité ses trois promesses aux nouvelles recrues…

Leboncoin de la cohérence managériale

« Veiller au bien-être de ses salariés, c’est avant tout être cohérent dans son management ».

Corporate, trendy, Google spirit… Non, vous n’entendrez pas ces mots-là dans la bouche d’Alexandre Collinet. Cohérence : voilà selon lui LE mot qui caractérise le mieux leboncoin, et fait le bonheur de ses employés. « Veiller au bien-être de ses salariés, c’est avant tout être cohérent dans son management ». Alexandre est arrivé au « Bon Coin » en 2010, alors que la start-up en était encore à ses débuts avec une quinzaine de personnes et un chiffre d’affaires de « seulement » 20 millions d’euros. Aujourd’hui la société est devenue une PME florissante avec environ 300 employés et plus de 150 millions d’euros de CA. Très fier mais pas grande-gueule, Alexandre se félicite surtout d’être resté fidèle à ses valeurs de respect et d’humilité tout au long du développement de la société.

« Je me souviens de l’année 2011 durant laquelle nous avons passé l’équivalent de 3 mois à voir tous les candidats. »

Le plus bel exemple de cette cohérence ? Le recrutement. Depuis son arrivée, Alexandre et le Directeur Général Olivier Aizac s’impliquent dans chaque nouveau recrutement. « Je me souviens de l’année 2011, particulièrement intense, durant laquelle mon DG et moi-même avons passé 3 mois à voir tous les candidats. Nous aurions pu tout déléguer à notre responsable RH, mais nous tenions à montrer aux nouvelles recrues que nous nous souciions de leur venue. Nous voulions aussi leur transmettre directement nos valeurs et voir si elles correspondaient à leurs profils. » Ce management par l’humain, qui accueille les fortes personnalités à condition qu’elles soient exigeantes et respectueuses, est pour Alexandre la clef pour que ses salariés s’épanouissent au travail. En somme, peu importe qu’un développeur se promène en caleçon dans l’open-space ou qu’un commercial soit fan de Matt Pokora, du moment qu’ils s’inscrivent tous deux dans les valeurs de la société. Bien dans ses baskets pour être bien en entreprise, donc. Ayant le goût de la formule, le directeur résume sa pensée sur la cohérence : « quand on est bien à l’intérieur, cela se voit à l’extérieur : il s’agit d’entretenir « l’effet bifidus » ».

Leboncoin des perspectives à tout va

« 90% de nos managers sont recrutés en interne »

Alexandre est catégorique : « nous définissons des perspectives d’avenir pour chacun de nos salariés ». Certains seront intéressés par la mobilité géographique et pourront aller travailler dans les différentes entités du groupe international Schibsted auquel appartient leboncoin. D’autres changeront carrément de métier. « Nous offrons de belles possibilités d’évolution » assure-t-il, prenant pour exemple le cas d’une assistante devenue chef de produit ou celui d’un conseiller clientèle devenu Community Manager. « 90% de nos managers sont recrutés en interne ». Certains salariés quittent enfin la société pour aller tenter leur chance dans des start-ups dans lesquelles leboncoin est entré au capital comme Prêt d’Union ou Mr. Drive.

«  Les cours d’anglais, j’y ai le droit moi aussi, et je n’ai pas intérêt à être en retard pour un cours, sinon je passe un mauvais quart d’heure… »

Perspectives dans son travail, mais également perspectives de formations. « Nous croyons beaucoup à l’importance des formations pour engager et motiver nos troupes » lance Alexandre. Un exemple ? La pimpante Alison, professeur d’anglais tout droit venue d’Australie pour enseigner la langue de Shakespeare – à temps plein – aux équipes. «  Les cours d’anglais, j’y ai le droit moi aussi, et je n’ai pas intérêt à être en retard pour un cours, sinon je passe un mauvais quart d’heure… » plaisante le DGA. En plus des cours, Alison anime des groupes de discussion, monte une médiathèque et une bibliothèque et organise des soirées à thème. Une véritable passionnée anglo-saxonne au cœur de cette PME 100% française.

Leboncoin du partage et de l’aventure humaine

« Comme dans tous les domaines, il est capital de savoir communiquer en entreprise »

Le partage est le troisième pilier de la société. « Comme dans tous les domaines, il est capital de savoir communiquer en entreprise ». Pour cela, le directeur a mis en place une série de mesures comme une plénière trimestrielle réunissant l’ensemble du personnel ou la publication des comptes-rendus du COMEX dès le lendemain de sa tenue.

« Il ne faut pas faire de confusion. La vision, c’est nous. Mais la stratégie, c’est tous ensemble que nous la bâtissons »

La grande fierté d’Alexandre est sans conteste ses « 12 chantiers d’Hercule ». 12 chantiers stratégiques pour l’entreprise ouverts à la discussion entre les collaborateurs. Qu’il s’agisse du choix des nouveaux bureaux ou de la manière de conserver l’esprit start-up en grossissant, les sujets sont ouverts à tous et chacun peut donner son avis librement. « Il ne faut cependant pas faire de confusion. La vision, c’est nous (comprenez le top management). Mais la stratégie, c’est ensemble que nous la bâtissons. »

Cet esprit de partage se retrouve dans des règles plus potaches. Le sourire aux lèvres, Alexandre nous explique que « celui qui oublie de verrouiller son écran quand il s’absente se fait aussitôt hacker sa boite mail et promet d’apporter le petit-dej’ à tout le service le lendemain ». Une méthode qui s’avère efficace contre les éternels étourdis au bureau… Finalement, le management du « Boncoin » est à l’image de son site web : simple, collaboratif, efficace. Ses bureaux sont une sorte de joyeuse auberge espagnole, où chacun y trouve ce qu’il y apporte.

FacebookTwitterGoogle+