le 25 juillet 2017

La QVT est une idée qui fait son chemin, mais pas seulement une idée ! En à peine trois ans, elle est entrée concrètement dans nombre d’entreprises, qui mettent en place et développent des politiques de QVT innovantes pour irriguer leur fonctionnement et leur stratégie. Une tribune de Thomas Cornet.

Agir sur la QVT en profondeur est devenu possible

En trois ans, l’attitude des entreprises vis-à-vis de la QVT a profondément changé. Au temps du constat a, en effet, succédé celui de l’action.

Du constat que la QVT était manifestement une question importante, à même de prévenir les RPS (risques psychosociaux) et susceptible de générer de la performance, dirigeants et DRH sont passés aux actes. Les entreprises, désormais, se lancent : non en valorisant le baby-foot installé dans la salle de repos, mais en soignant la posture managériale et l’implication de tout un chacun dans l’entreprise.

Entendons-nous bien, nous n’avons rien contre l’installation d’un baby-foot dans les locaux, bien au contraire : c’est un moyen sympathique, pour les salariés, de se détendre durant leurs pauses. Mais ce que nous nous efforçons de faire comprendre aux décideurs, depuis la création de Wittyfit, c’est que la QVT irrigue des sujets majeurs pour l’entreprise, même et surtout les plus névralgiques comme l’organisation et le management.

De fait – cela ne vous a pas échappé si vous êtes un lecteur fidèle de ce blog – adopter une politique de QVT ne peut se réduire à une posture ou à un « coup » de communication. Les organisations qui s’y sont risquées, en tenant un discours fortement orienté QVT en contradiction avec la réalité de l’entreprise, s’en sont mordu les doigts car l’effet est toujours contraire à celui escompté, par exemple en termes d’engagement des salariés. A l’opposé de cette approche, entrer dans une démarche de QVT sérieusement, c’est avant tout y croire ; c’est avoir compris que le bien-être au travail ouvre une nouvelle page de l’histoire de l’entreprise, une page de responsabilité, de performance et de progrès.

Même si des précurseurs ont toujours existé, pour beaucoup d’entreprises, cette prise de conscience est réellement survenue il y a trois ans. Cependant, les solutions alors disponibles étaient compliquées à mettre en œuvre pour disposer à la fois d’un bon diagnostic, d’un bon partage et d’un bon choix d’actions. Aujourd’hui, certaines solutions du marché rendent cette combinaison possible, en apportant le pragmatisme nécessaire pour que la démarche soit utile à tous. La facilité et la simplicité d’utilisation permettent enfin d’agir en profondeur, de s’attaquer à la source du sujet avec un maximum d’efficacité et de résultat.

Donner corps à une grande ambition

En fonction de leur nature, les entreprises traitent la QVT sous le prisme santé et dialogue social pour certaines, management et satisfaction au travail pour d’autres, ou encore sous le prisme management et dialogue social.

Trois exemple de groupes auprès desquels nous nous investissons actuellement témoignent de ce que la QVT n’apporte pas de réponse toute faite, mais des réponses spécifiques et justes à des problématiques diverses.

Un acteur majeur du secteur hospitalier a ainsi choisi d’aborder la QVT en s’attaquant en premier lieu aux RPS, cette question étant aujourd’hui devenue une préoccupation majeure pour les personnels soignants français.

Un important groupe industriel a adopté un angle tactique pour développer la QVT, en impliquant d’abord ses managers pour, dans un second temps, associer l’ensemble de ses collaborateurs à la démarche.

De son côté, un leader sur ses marchés s’appuie sur notre expertise pour développer sa politique de QVT à travers deux éléments primordiaux dans son contexte, la santé et le dialogue social.

Pour ces trois organisations comme pour beaucoup d’autres, le temps est venu de donner corps à une grande ambition : gagner en performance tout en faisant preuve de responsabilité sociale, et être ainsi reconnues par tous leurs publics – clients, salariés, partenaires et institutionnels – comme l’une des entreprises qui inventent aujourd’hui ce que sera, demain, le nouveau visage du travail.

Thomas Cornet, Directeur Général et cofondateur de Wittyfit

FacebookTwitterGoogle+