le 2 juillet 2015

Daniel Dreux, Vice-Président des Ressources Humaines du groupe Euro Disney, nous explique le rôle et l’organisation de la Direction Santé et Sécurité au Travail qu’il a mise en place en 2009.

Des équipes spécialisées veillent sur les chantiers

Pendant la construction du parc Euro Disney (1988-1992), la sécurité au travail des employés est une priorité du top management, conscient des risques d’un projet de cette ampleur. « Nous avons immédiatement mis en place des équipes spécialisées pour garantir la sécurité des milliers de techniciens, de constructeurs et de sous-traitants qui œuvraient sur le chantier » indique Daniel Dreux. C’est aujourd’hui le cas sur tous les chantiers des parcs Disney.

Une Direction Santé et Sécurité au Travail pour accompagner les salariés

En plus des dangers physiques liés à la construction de parcs, le groupe Euro Disney s’est attaqué aux problèmes de santé susceptibles de nuire au bien-être des salariés. En 2009, Daniel Dreux a ainsi créé la Direction Santé et Sécurité au Travail. Sa mission ? Anticiper les problèmes de santé potentiels des salariés, les conseiller et les soigner.

Pour cela, le Vice-Président des Ressources Humaines a défini cinq pôles, qui totalisent une centaine de collaborateurs. Le pôle Prévention détecte en amont les risques sur le terrain et diagnostique les pathologies des employés. Ses 11 médecins et 13 infirmières travaillent en étroite collaboration avec les ingénieurs conseillers en sécurité au travail et sont soutenus par le pôle Expertise (ergonomes, psychologues du travail, toxicologues…). Le pôle Formation, quant à lui, aide les salariés à se tenir au courant des mesures de sécurité et à les appliquer correctement. Pour soulager les difficultés personnelles des salariés, Daniel Dreux a également mis en place un pôle Social. Ses assistantes sociales accompagnent les salariés sur leurs interrogations financières, administratives ou familiales. En complément, les salariés de Disneyland Paris peuvent appeler gratuitement 24h/24 une ligne de soutien psychologique. Dernier élément du dispositif santé et sécurité du groupe Euro Disney : le centre des premiers soins, dont les 23 infirmiers spécialisés en urgence et réanimation sont prêts à intervenir auprès des salariés ou des clients du parc.

Le bilan de la Direction Santé et Sécurité au Travail ? Ce sont les employés du groupe qui l’établissent. Tous les deux ans, ils participent à des enquêtes sur les conditions de vie à Disneyland Paris. En deux ans, l’indice de sécurité et l’engagement des salariés ont gagné quatre points. Les managers d’Euro Disney sont également impliqués dans les politiques de santé et de sécurité au niveau mondial : ils se réunissent chaque année autour d’un séminaire prévu par le programme « Safety » lancé il y a quatre ans.

DRH et PDG : un duo de choc

Pour débloquer les millions d’euros annuels nécessités par la Direction Santé et Sécurité au Travail, Daniel Dreux a pu s’appuyer sur le PDG de l’époque, Philippe Gas. « Philippe Gas et moi poursuivions un même objectif : garantir la sécurité et la santé de tous les employés du groupe ». Preuve de la relation de confiance entre les deux hommes, le trophée du meilleur binôme DRH/PDG qu’ils reçoivent en 2012 du groupe RH&M, un organisme de formation indépendant.

La clé d’une politique de sécurité efficace ? Savoir où l’on va. Daniel Dreux recommande ainsi d’agir en deux temps : établir un diagnostic complet de l’état de santé des employés et des risques qu’ils perçoivent, puis définir clairement les objectifs de l’entreprise à horizon trois à cinq ans.

Et vous, connaissez-vous les risques perçus par les employés de votre entreprise ? On vous écoute : the-office@wittyfit.com

FacebookTwitterGoogle+